Blogue Projet Habitation

Location meublée : l’essentiel à savoir sur la déclaration des revenus

location

La location meublée, un placement fiscalement intéressant, mais qui mérite réflexion

Investir dans une location meublée intéresse de nombreux contribuables depuis quelques années. L’engouement pour cette activité tient de son régime fiscal plus favorable que dans une location nue. En effet, les revenus tirés de ce type de placement sont soumis à la fiscalité des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Il faut noter que cette distinction donne tout l’intérêt au mécanisme d’imposition de la LMNP. Bien qu’il s’agisse d’une opération attractive, il est toujours judicieux de réaliser une simulation personnalisée pour savoir à quoi s’attendre.

Déclarer les revenus : quelle est la solution la plus avantageuse ?

Pour bénéficier du statut de LMNP, l’investisseur se doit de louer un logement meublé. Ses recettes locatives ne doivent pas excéder les 23 000 euros par an. Elles seront également inférieures au montant total de vos autres revenus de votre foyer fiscal.

En outre, le dispositif vous donne le choix entre 2 régimes fiscaux. Il y a le régime micro-BIC permettant un abattement de 50 % sur les loyers perçus. Vous ne déclarez que les revenus que vous percevez de la location. Cette solution est avantageuse si vous n’avez plus à supporter les charges liées à l’acquisition du bien (ex. : crédit immobilier). Sachez que la récupération de la TVA déductible est impossible dans ce type de régime.

Sinon, vous pourrez opter pour le régime réel simplifié. Toutefois, celui-ci est automatique si vous percevez plus de 70 000 euros de recettes annuelles. Cependant, si vous gagnez moins de 70 000 euros par an, il vous sera possible de bénéficier de ce régime en activant cette option. Pour cela, vous devrez adresser un courrier de levée d’option au Service des Impôts des entreprises.

L’importance de réaliser une simulation LMNP avant de concrétiser une acquisition

Une demande de simulation LMNP est fortement conseillée avant de se lancer dans le projet. Cela vous permettra d’évaluer l’enrichissement patrimonial de votre placement. En effet, un simulateur a la capacité de moduler toutes les hypothèses. Il informe, par exemple, sur la revalorisation de l’immeuble ou encore sur le taux de rendement de l’épargne. Cela vous donnera également l’occasion de constater les conséquences fiscales de votre investissement. De nombreuses plateformes spécialisées proposent de faire une simulation gratuite. Celle-ci vous aidera à réaliser un bilan financier dans ses grandes lignes.

Pour pouvoir réaliser une simulation LMNP, vous devrez d’abord remplir un formulaire. Il est important de renseigner les champs avec des informations précises. Vous avez, entre autres, à indiquer le type de bien, l’année d’acquisition, le montant du placement et des loyers, les charges…

Quels sont les pièges à éviter dans une location meublée ?

Il est risqué de déclarer les recettes locatives dans la catégorie des revenus fonciers. Cela conduit même l’investisseur à s’auto-pénaliser fiscalement. En effet, les charges déclarées dans les BIC sont plus importantes que celles d’une location vide.

La SCI (Société Civile Immobilière) est également incompatible avec les revenus locatifs dans le cadre d’un placement en LMNP. Ce dernier entre, en effet dans la catégorie des revenus commerciaux. Quant à la SCI, celle-ci ne tient compte que des revenus civils.

Des difficultés pourront se présenter dans le suivi de la comptabilité d’une location meublée. Outre la simulation LMNP, il est donc judicieux de faire appel à un cabinet d’expertise comptable spécialisé. Ce choix est plus sûr et moins coûteux.

by
Quitter la version mobile