Comment fonctionne un garde-corps autoportant ?

Comme plus de 60 décès par an et près de 80 000 interruptions de travail avec invalidité permanente, un accident du travail sur 10 est dû à une chute en hauteur. Il a alors été convenu d’installer des dispositifs de protection afin de prévenir les chutes en hauteur. La protection anti-chute est alors impérative pour tout chef d’établissement et chef d’ouvrage afin de sécuriser son personnel et tout intervenant sur son chantier. En avril 2008, une norme NF E85-015 a été publiée afin de compléter la norme EN ISO 14122-3 et de réglementer les dispositifs de sécurité, notamment les garde-corps autoportants. Elle a pourtant subi une évolution le courant du mois de juillet 2019. Cet article revoit alors le mode de fonctionnement du garde-corps autoportant et les changements prévus par la révision de la norme E85-075 de juillet 2019.

Le garde-corps autoportant et son fonctionnement

Le garde-corps autoportant est un dispositif de protection anti-chute collectif installé en périphérie des toitures-terrasses inaccessibles au public. Ce système permet d’éviter de percer la toiture, de démonter la couvertine et se fixe à l’aide de contrepoids. Le garde-corps aluminium s’installe directement sur la surface de circulation et doit s’élever à au moins 1000 mm. Une plinthe de 100 mm minimum est également obligatoire sans acrotère ou si la hauteur de ce socle est inférieure à 100 mm. Attention, le garde-corps autoportant ne s’utilise que dans le cas où installer un garde-corps extérieur fixe est impossible. Néanmoins, ce type de garde-corps présente de nombreux avantages :

  • comme il ne demande aucune fixation en sous-face, il préserve en intégralité l’étanchéité de la terrasse et évite de fissurer le bloc béton,
  • le garde-corps autoportant est léger, modulable et facile à installer,
  • sa structure en aluminium lui assure une grande longévité : il est anticorrosion,
  • très facile d’installation et manipulable par une seule personne.

Pour être utilisé, le garde-corps autoportant doit être justifié par des tests dynamiques et statiques, fixés par la norme E85-015 et NF EN 14122-3-2007.

La norme E85-015

Cette norme reconnaît le garde-corps autoportant comme une solution fiable et elle fixe les modalités d’installation du dispositif. Depuis la révision de la norme en juillet 2019, les conditions de test et les modalités de fixation ont connu quelques modifications. Ainsi, le garde-corps autoportant devra désormais passer par un test de tenue au vent et l’espacement entre les barreaux de support est fixé à 1,5 mètre. En cas de manquement à ces normes, le maître d’œuvre et l’entreprise encourent les peines suivantes :

  • droit de retrait du salarié, qui ne pourra pas être sanctionné par l’entreprise,
  • fermeture partielle ou totale du chantier jusqu’à la mise en place de dispositifs de sécurité,
  • injonction du tribunal de prendre toutes les mesures en vue de mettre en place les conditions obligatoires de sécurité et peine pénale en cas d’accident de travail causé par des manquements aux normes de sécurité.
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *