Les changements imposés par la loi de transition énergétique

Adoptée le 17 août 2015 par le Parlement, la loi de transition énergétique marque le passage vers un mode de consommation et d’utilisation plus raisonnable et durable des énergies. Elle concerne plusieurs secteurs, notamment le bâtiment, qui est considéré comme le premier poste en termes de consommation d’énergie et d’émission de gaz à effet de serre. Ce projet s’adresse aussi bien aux bâtiments existants qu’aux bâtiments nouveaux. Quelques mesures ont ainsi été mises en place par l’État afin d’aider chaque ménage à y parvenir. Le présent billet vous donnera quelques explications afin de mieux le comprendre.

Zoom sur les objectifs de la loi de transition énergétique

La loi de transition énergétique vise à réduire la consommation énergétique des bâtiments. Elle permet aussi de lutter contre la précarité énergétique et d’améliorer la qualité de vie des ménages. Tout nouveau bâtiment construit ou rénové se doit de respecter un certain niveau de performance énergétique.

D’après le décret tertiaire, cet objectif de baisse de consommation énergétique est de l’ordre de 40% en 2030 contre 50% en 2040 et 60% en 2050 par rapport à 2010. Cela concerne surtout les bâtiments existants à usage tertiaire faisant plus de 1000 m2. Des travaux de rénovation s’imposent ainsi pour atteindre ces objectifs. Plusieurs éléments sont pris en compte dans le cadre des travaux de rénovation, dont la consommation d’énergie, l’efficacité énergétique et le confort d’été dans les bâtiments non climatisés.

Des gestes à adopter pour atteindre les objectifs

La loi de transition énergétique fixe comme objectif la rénovation énergétique de 500 000 logements par an. Pour vous aider à atteindre cet objectif et vous encourager à engager la transition énergétique de votre patrimoine, des dispositions financières sont proposées en plus des dispositifs déjà en place, dont l’éco-PTZ taux zéro et le CITE.

Parmi ces solutions de financement figurent le chèque énergie, les fonds de garantie, le développement de certificats d’économie d’énergie et le renforcement des sociétés publiques régionales de tiers financement. Ce dernier permet aux particuliers souhaitant entreprendre des travaux en vue d’améliorer l’efficacité énergétique de leur logement de bénéficier d’une avance des fonds.

D’autres mesures ont été également prises pour encourager les personnes concernées par la loi à prendre des initiatives volontaires. Parmi elles, on cite la promotion des énergies renouvelables dans le bâtiment, l’autorisation unique pour la mise en service d’installations éoliennes et l’encouragement au financement participatif des projets de production d’énergies renouvelables.

Diverses méthodes pour garantir la performance énergétique

Afin de rendre possible l’optimisation énergétique, toutes les données de consommation doivent être transmises sur la plate-forme de l’ADEME. Cela vous permettra d’observer vos consommations d’énergie, de suivre la performance énergétique de vos bâtiments et de repérer les anomalies de consommation afin de pouvoir améliorer la performance énergétique au cours du temps.

L’encadrement des compteurs communicants est aussi l’une des méthodes mises en place pour suivre cette performance. Les gestionnaires d’électricité et de gaz offrent ainsi aux consommateurs les données de comptage et les systèmes qui leur permettent d’être alertés en cas de risque de dépassement et se fixer des objectifs de consommation.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *